Tag Archives: abus

« Don’t be THAT guy » « That quoi ? »

28 Jan

Article à lire en écoutant : Nirvana – Rape Me

Votre épisode arrive à un moment epic, Christina ne veut pas sortir avec Ryan, ou Iggy à fait foirer la mission de John D. et la phrase blessante numéro un des films et séries retenti « Don’t be that guy ». That guy ? That guy = le loser, le raté, celui sur qui on ne peut pas compter et pour qui on a de la pitié tellement il est décevant.

C’est aussi la phrase phare des femmes qui ne pensaient pas qu’il était « ce genre de types » . L’infidèle, le grossier, le brutal, ou le violeur.

La ville d’Edmonton au Canada a très bien compris tous les sous-entendus et la place de cette phrase au sein des moeurs anglophones et dans le reste de la planète.

Cette phrase devient alors une campagne d’affichage :

edmonton2edmonton3

La campagne se décline en 5 visuels différents, les deux premiers commencent par la même phrase redéfinissant l’idée de l’acte sexuel « It’s not sex … when she doesn’t want it » (ce n’est pas du sex si elle n’en a pas envie), « It’s not sex … when she’s wasted » (ce n’est pas du sex si elle est bourrée). Reprenant alors les deux grandes causes du viol « Elle le cherchait/voulait » justifié du violeur, et le « J’avais trop bu » de la victime. Les visuels finissant par la règle simple : « sex with someone unable to consent = sexual assault » (le sex avec une personne incapable de consentir = agression sexuelle).

Ces visuels sont simple et forts, ils nous montrent une situation que nous avons pu vivre ou être témoin lors d’une fête.

Les deux visuels suivant commencent d’une autre façon :

edmontoncover-2edmonton6

Les deux affiches commencent par « just because » faisant référence encore une fois à l’argumentaire du violeur : « just because she isn’t saying no … doesn’t mean she’s saying yes. » (ce n’est pas parce qu’elle ne dit pas non que cela signifie qu’elle dit oui), « just because you help her home … doesn’t mean you get to help yourself » (ce n’est pas parce que tu l’aides à rentrer que tu doit t’aider toi). En effet les phrases « elle n’a pas dit non » et « j’allais pas la laisser rentrer seule » sont souvent entendues dans ce genre de cas, sous entendant que qui ne dit mot consent et que le coût de l’essence doit être payé en nature.

Pour finir, étant en plein débat homosexuel, n’oublions pas que les femmes ne sont pas les seules à se faire violer :

edmonton5

La phrase peut cependant s’appliquer aux deux sexes « It’s not sex … when he changes his mind » (ce n’est pas du sex quand il change d’avis).

Cette campagne est efficace car elle reprend les différents attenants et aboutissants des viols qu’ils soient physiques (taux d’alcoolémie trop élevé) ou psychologiques (la victime n’en a pas envie, le violeur ne veut pas entendre). Chaque situation que nous connaissons, par un(e) proche, une émission de télévision, un film … nous sont montrées sans aller dans le plus trash malgré les faits d’actualité. Ces affiches s’adressent directement au possible violeur, c’est à dire tout homme qui pourrait mal comprendre des faits et paroles venant d’autrui, persuadé qu’une fille qui a trop bu en a envie, ou que la personne ne peut pas changer d’avis au début de l’acte. La phrase est simple et tout homme le comprendra « le devient pas ce type de mec » « ne dérape pas à ce point » « ne deviens pas un loser/violeur ». Le THAT de « that guy » est ébranlé dans la typographie en contrast avec le blanc du reste de la phrase, montrant à quel point c’est sale, malsain.

Le dernier visuel de la campagne se dissocie des autres par sa mise en scène mais retranscrit tout l’univers de celle-ci :

edmonton7

Le message est plus que clair et compréhensible par tous « Just because she’s drunk, doesn’t mean she wants to f**k. » (ce n’est pas parce qu’elle est bourrée que cela veut dire qu’elle veut coucher).

Un grand bravo à cette campagne qui j’espère pourra sortir du continent Canadien.

  • Qu’en avez-vous pensé ?
  • Trouvez-vous ce dispositif audacieux ou déjà vu et revu ?

J’en profite pour mettre à l’honneur une campagne de Unite Women qui fait elle aussi référence au « elle le voulait » signifiant que la tenue d’une femme sous-entend souvent ses envies sexuelles (comprendre : jamais) :

487388_455984607783733_181334116_n

Sources : Darkplanneur

Merci à Cynthia de m’avoir montré cet article !

Par H.

Tu reprendras bien une bière bébé !

13 Juin

Article à lire en écoutant : Deportivo – Les bières aujourd’hui  s’ouvrent manuellement

Sur Young Be Careful nous nous adressons aux jeunes, aux ados, aux rebels, aux non rebels… peu importe. La plupart de nos articles concernent un public averti, mais parfois  » le changement est bon « . Il est ici question des très jeunes ados (11-14 ans) et des parents d’ados et/ou d’enfants plus petits.

Au Brésil, l’association Telefonica a profité de la journée de lutte contre les abus sexuels sur les enfants et les adolescents pour communiquer sur ce problème très sensible. Afin de traiter le sujet avec gravité sans tomber dans le morbide, elle a placé dans les supermarchés des fausses bières au packaging enfantin :

Ces packs de  » Bilu Bilu  » ont surpris plus d’un passant qui pouvait comprendre le but de la campagne grâce à l’autre côté de l’emballage en carton, où était écrit  » C’est une chose qui n’est pas pour les enfants. Dénoncez l’exploitation et les abus sexuels des enfants et des adolescents.  » Suivit d’un numéro téléphonique pour dénoncer des abus.

Le dispositif est simple à comprendre et efficace.

Les packagings de bières pour enfant vont surprendre et intriguer, aux premiers abords ; la lecture du texte va ensuite faire comprendre le message et faire réfléchir la cible. On ne voudrait pas que nos enfants ou adolescents consomment ce genre de bières et qu’elles leurs soient vendues comme un produit de consommation normal, alors que cela ne leur est pas destiné. Ces fausses bières font échos aux personnes mal intentionnée qui peuvent proposer ce genre de produits (alcool, drogue) aux enfants et adolescents afin d’en abuser plus facilement.

  • Que pensez-vous de cette campagne ?
  • Seriez-vous tenté par une gorgée de Bilu Bilu ?

Sources : Influencia

Par H.

Sérious Game V Prévention jeunesse

4 Jan

Article à lire en écoutant : Parov Stelar  – Catgroove 

Sérious Games : Jeux alliant une intention sérieuse (pédagogique, préventive, communicationnelle, marketing,…) avec des ressorts ludiques.

Jeunes : Individus nés après 1980, curieux de tout pouvant posséder des limites floues et très flexibles.

L’association Entreprise& Prévention a mis en ligne un sérious game préventif contre l’abus d’alcool chez les jeunes. Depuis le 29 septembre le sérious game « Ce soir il conclut » est accessible sur le site éponyme.

Un jeu drôle et ludique de drague et d’alcool où  tout semble perdu d’avance: « Aidez Clément… »

Ce mélange de web-séries et de jeux vidéos propose aux utilisateurs d’aider Clément à séduire Chloé en faisant baisser son « tizomètre » en faveur du « péchomètre »!! Le jeune joueur se retrouve dans des situations très proche de la réalité d’une soirée arrosée et doit prendre les bonnes décisions.

On retrouve trois univers « before, boîte, after », avec une centaine de mini-séquences vidéos écrites, tournées et assemblées qui répondent aux différentes actions/réactions possibles en lien avec le taux d’alcoolémie.

C’est Intéraction Healthcare, une agence spécialisée dans la création de sérious gameS et de jeux vidéos dans le domaine de la santé qui a mis en place la technique et la création du jeu.

Une campagne de promotion a parallèlement accompagné le lancement du jeu afin de sensibiliser un maximum des 18-25 ans…..voir 15-30 ans!! « Ce soir il conclut »  fera l’objet d’une évaluation visant à analyser la pertinence de l’outil et la compréhension des messages préventifs.

Alors drague ou alcool… il faut choisir!!

A vous de jouer!!

www.cesoirilconclut.com

Source :  Entreprise & Prévention

Par P.