Archive by Author

Un Sam. Un Tweet. Un Sweat.

16 Déc

Article à lire en écoutant : The Ramones – Merry Christmas (I don’t want to fight tonight)

Winter is coming, et le froid aussi.

Or il n’y a rien de mieux pour se réchauffer qu’un petit verre, un petit verre qui conduit vite à un accident (non vous n’échapperez pas aux publicités de la sécurité routière cet hiver).

Cette année, la marque de bière Budweiser décide de récompenser les Sam, ces personnes qui ne boiront pas en soirée pour raccompagner leurs compères chez eux.

A chaque tweet posté avec le hastag #jumpers4des («des pulls pour … » le Sam désigné) une tricoteuse électronique connectée à Twitter tricote un pull avec des motifs de flocons de neige ou de cerfs.

Les pulls seront ensuite mis en jeux sur la page Facebook de Budweiser.

Tricoteuse Budweiser

Le spot publicitaire est bien mené et donne envie de tweeter, en revanche nous n’avons pas trouvé d’autres supports de communication à cette campagne.

Surtout : les gens voudront-il porter un pull Budweiser proclamant des soirées responsables, et devenir alors des porte-paroles de la marque grâce à un pull (assez kitsch il faut le dire) ?

Source : Stratégies n°1747

Par H.

Publicités

La liberté de fumer ?

16 Oct

Article à lire en écoutant :  Oasis – Whatever

Quand on est jeune on est libre, libre de tout. Les limites imposés par les parents nous donnent cette liberté. Libre de faire des bêtises comme de faire les bons choix. La liberté, fondement des droits de l’homme est revendiquée par la jeunesse de tous les milieux et époques confondues, des punks aux mods, des techtoniques aux bobos, des gothiques aux hypsters. Jeunesse est synonyme de liberté et ce depuis toujours.

L’INPES joue sur les codes de la libertés si fortement revendiquée par les jeunes d’aujourd’hui et d’hier dans un spot vidéo réalisé par DDB Paris.


Le spot joue sur la notion de liberté vue par la jeunesse, celle de vouloir s’intégrer (« libre d’être bons aux échecs mais préférer être nul en skate »), de flirter peu importe le sexe (« Sophie, Laila, ou Lucas »), d’agir comme un adolescent qui découvre l’amour (« libre de ne pas répondre à Tom et tenir 20 secondes »), mais aussi de s’émanciper tout en restant un enfant (« libre d’ignorer ton père et libre d’avoir besoin de lui »). La vidéo nous montre une palette de possibilités de cette liberté mais finit sur le plan d’une adolescente soit disant libre en train de fumer avec la phrase « Quand on est libre pourquoi choisir d’être dépendant ? ».

Le texte est extrêmement bien trouvé et est pertinent, il utilise les clichés adolescents sans tomber dedans. Cependant les jeunes peuvent en avoir marre de voir leur image défiler sous leurs yeux sans cesse, la fin du spot peut en toucher certains mais pas tous.

Tant mieux ! Pour les autres l’INPES a aussi lancé un site dédié !

Libre ou pas - Relation amoureuse Celibataire

L’identité visuelle n’a rien à voir avec celle du spot, on quitte le style Nutella pour rejoindre Imagine R et IDTGV. Des monstres, du bleu, du violet, de l’étrange.

Le site s’appelle : http://libre-ou-pas.fr/

Une fois enregistré (par Facebook ou e-mail) il nous est demandé de répondre à 8 questions qui sont dans une « boite ».

Cette boite est en réalité un autre univers fait de monstres où nous sont posées les questions. 8 questions simples (film préféré, musique du moment …) pour finir sur « Êtes-vous fumeur ? ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le visuel change à chaque fois en fonction de la réponse, pour la dernière question on passe d’un monde apocalyptique à un ballon qui sourit. Une fois les questions répondues nous avons fini notre boite. L’objectif est de la rouvrir en juin pour voir si nous avons changé ou pas.

Le spot est intéressant car il joue sur la notion de liberté et montre bien la contradiction adolescente (le fameux « Je suis libre de fumer, mais je le fais car les autres le font »). Le site internet est plus décalé et peut par son look graphique toucher les adolescents. Mais même si l’expérience de la boite aux 8 questions peut les marquer vont-ils pour autant ne plus fumer car la dernière image montrait que c’est nocif ?

Nous verrons en juin ce qu’a donné l’opération, en attendant le spot est diffusé sur Youtube, les écrans de télévision, et de cinéma.

  • Qu’avez vous pensé de ce spot ?
  • Avez vous répondu aux 8 questions ou vous en avez eu marre ?
  • Trouvez vous pertinent de faire un site décalé par rapport au spot vidéo ?
  • Vous n’avez pas trouvé une forte ressemblance avec Futurama ?

Source : Newsletter Stratégies

Par H.

Ceci n’est pas un article #2

20 Sep

Le nouvel album des Arctic Monkeys est enfin sorti, gagnant en maturité les anglais nous livrent une nouvelle merveille, plus aboutit que Humbug qui m’avait laissé un mauvais souvenir.

Young Be Careful est lié à la musique et à la prévention or le dernier clip du groupe arrive à lier les deux.

Le morceau intitulé Why would you only call me when you’re high (= Pourquoi m’appellerais tu seulement quand tu es défoncé) nous raconte la vie d’un couple (ou de deux personnes proches) où le premier aimerait que le second consomme moins de drogues. Je n’analyserais pas toutes les paroles mais vous laisse découvrir le clip qui sans tomber dans le cliché nous livre les tribulations nocturnes d’un homme ayant trop bu et qui contacte une conquête.

On voit donc au fur et à mesure de la soirée l’envoi de sms entre les deux protagonistes qui débute à 3h30 du matin, le personnage principal semblant plutôt éméché, sa notion de la réalité est déformée (par ex. l’horloge qui fond à la Dali). Les effets de l’alcool et de la drogue modifient ce qu’il ressent et coupe même à certain moment la musique, ou la met en sourdine.

A la fin la jeune fille a reçu 17 messages et lasse d’être contactée quand le garçons est sous substances, elle ne les lit même pas.

Cette vidéo nous démontre en quelques minutes notre rapport aux autres quand nous sous avons pris des substances illicites (pouvant se résumer par le sexe et la violence), et surtout dans quels situations nous pouvons nous placer.

  • Vous trouvez ce clip pertinent ?
  • Vous auriez préféré voir une mise en avant du groupe avec la musique sans coupures ?

Par H.

Les plus belles guerres sont celles qui n’ont pas été menées.

17 Sep

Article à lire en écoutant : Stromae – Carmen

Il en était question il y a quelques semaines, le réseau Ask.fm fait polémique chez les parents qui souhaitent sa fermeture suite à une forte poussée de suicide chez les jeunes utilisateurs.

Le nouveau spot anglais de la fondation Cybersmile contre la cyberintimidation va parfaitement dans l’ère du temps en montrant le côté néfaste que peut avoir internet sur les adolescents et le pouvoir des mots sur leurs esprits.

Plusieurs cas de suicides lié aux réseaux sociaux ont été référencés ces dernières années au point que le gouvernement britannique ait remis en question leur utilisation.

La fondation Cybersmile communique sur le sujet en nous donnant directement le ton dès les premières images :

La campagne s’appelle Don’t Retaliate (ne rends pas la pareille) et est accompagnée d’un hastag dédié. Dans la vidéo nous voyons une jeune fille qui a posté sur Youtube une vidéo d’elle en train de chanter. Elle fait alors face à des remarques désobligeantes de la part d’internautes sur internet et par SMS. La violence des messages tout comme leur impact sont gradués, ils commencent par « you look an idiot » « your voice is shit » (« tu as l’air idiot » « ta voix est merdique ») puis vont jusqu’à « go and die » (« va mourir »).

Au fur et à mesure une corde de pendaison descend jusqu’au cou de la jeune fille. Cette corde représente la pression psychologique qui la suit partout, chez elle, en cours, à chaque instant, montrant qu’elle ne cesse de penser aux messages reçus même si elle sourit et semble faire comme si de rien n’était.

Malgré les remarques la jeune fille répond à ses détracteurs, par exemple « i don’t give a shit » (« je m’en contrefout ») or le fait de leur répondre montre qu’elle y porte de l’importance. A la fin, elle ne peut même plus répondre (toucher le clavier de l’ordinateur), emportée par cette pression (la corde) et finit par laisser tomber ce combat en se donnant la mort.

Campagne Don't Retaliate

Ce spot n’est pas gai vous l’aurez compris ! Mais il a la particularité de s’adresser aux victimes en leur donnant un conseil : Don’t retaliate.

Ne répondez pas. Car si vous répondez vous rentrez dans leur jeux. Retaliate peut  se traduire par « répondre » et par « rendre la pareille ». Ne vous comportez pas comme eux car cela ne fera qu’alimenter la haine et qui sait si vous gagnerez ce combat, or à ignorer les propos blessants on essuie quelques messages douloureux certes mais on évite une guerre contre les autres et sois-même.

Le spot donne dans le mélo avec la musique et l’image de la jeune fille avec sa corde. Mais il suffit d’un seul visionnage pour comprendre le message et c’est suffisant pour les victimes ou futur victimes. Le but est qu’elles comprennent qu’elles ne sont pas seules et surtout comment elles doivent répondre aux attaques, en ne répondant pas justement.

  • Vous trouvez ce spot too much ?
  • Vous auriez préféré un spot avec un twist plutôt que de voir la corde dès le départ ?

Source : Golem 13

Par H.

La musique sur laquelle tu ne danseras pas.

9 Août

Article à lire en écoutant : Stromae – Alors on danse

C’est l’été, on sort, on boit, on danse, on va en boite et on fait des choses que l’on regrettera le lendemain, mais c’est pas grave c’est l’été.

La fondation espagnole anti-drogues FAD a très bien compris le concept de l’été dévastateur et permissif, afin de limiter la casse elle a fait appel à des Dj connus tels que Cristian Varela, Abel Ramos, et Dani Moreno afin de communiquer sur les dangers des boites de nuit et de la drogue.

Chaque Dj a rencontré une personne ayant eu un accident suite à une prise de drogue et étant désormais paralysée à vie.

Suite à ces rencontre ils ont chacun composé une musique se basant sur les rares mouvements que la personne pouvait encore effectuer malgré son handicap.

Les trois chansons sont à écouter sur le site dédié reprenant le nom de la campagne Musica Dance Para Que Tu No La Bailes (Musique sur laquelle tu ne danseras pas) : http://www.musicadanceparaquetunolabailes.com

Chaque chanson porte le nom de la personne qu’ils ont rencontré : Oscar, Jonathan, et Jaime. Le site propose aussi des vidéos expliquant le travail des artistes, leur rencontre avec l’accidenté, et comment, ensemble, ils ont travaillé.

Le titre de la campagne peut être vu comme une sorte  de don des Dj pour ces trois hommes, ils créent pour eux une musique sur laquelle, malheureusement, ils ne pourront pas danser, ou à leur manière.

Ce travail nous livre des mix électro qui peuvent sembler banals, mais une fois que l’on connait l’histoire nous visualisons tout de suite la personne souffrant ayant du mal à danser. Le site internet est graphiquement intéressant, il y a un vrai travail de graphisme (en tout cas sur le logo ce qui est déjà pas mal), et il répertorie des faits réels avec chiffres à l’appuie sur les accidents de la route et la prise de drogues.

De plus il propose une simulation musicale, un morceau est à l’écoute et nous pouvons choisir quel handicap nous avons suite à l’accident, où sur quelle piste du morceau la personne, selon son handicap, peut danser. Permettant alors une forte identification et une humanisation de l’handicap. Il n’est pas question « d’un handicapé que j’ai croisé » mais de ressentir ce que peux vivre cette personne, ce n’est pas « un handicapé » c’est une personne à qui il manque des possibilités. Le faite de le retranscrire en musique est efficace pour les jeunes amateurs de danse et de boites de nuit qui peuvent constater tout ce qu’ils ne pourront plus faire si ils ont un accident.

Música dance para que tú no la bailes 2013-08-08 14-38-09

Afin d’alimenter du trafic un hastag twitter (traduction : ce petit signe # collé à un mot permet de trier l’information par exemple sur Twitter nous utilisons des hastags type #prévention) a été créé (#musicadanceparaquetunolabailes), permettant ainsi un relais sur Twitter.

Cette campagne est extrêmement bien pensée, chaque action est logique et en corrélation avec le ressenti des Djs, celui des accidentés, et de la relation qu’il y a entre eux, montrant une véritable démarche de prévention sous forme de témoignage dans un langage adapté à la cible. Les fans de boite de nuit aiment danser, donc on communique par la musique électro. C’est logique, ça marche.

Il serait cependant intéressant de voir les autres outils de communication utilisés pour générer du trafic sur le site et faire connaitre les vidéos Youtube qui expliquent le concept. Des partenariats sur des sites de boite de nuit par exemple auraient été pertinents.  Les vidéos ont quand mêmes obtenues 56 084 vues (pour Oscar), 11 772 vues (pour Jaime), et 9 167 vues (pour Jonathan) montrant un certain intérêt pour cette campagne !

  • Vous auriez aimé voir cette campagne en France avec d’autres Dj ?
  • Que pensez-vous de ce dispositif ?

Source : Le blog de W&Cie

Par H.

Il n’y a pas que le sexe dans la vie, il y a aussi la bouche !

22 Juil

Article à lire en écoutant : Prince – Kiss

Quand on pense IST on pense « gore » « trash » « pas moi pitié » ou encore « test », mais surtout on pense « sexe ».

Cependant les maladies sexuellement transmissibles peuvent s’attraper de différentes façon c’est pourquoi nous devons être vigilant.

L’agence McCann a réalisé une campagne diffusée dans la presse pour l’INPES dans le but de communiquer sur les autres contacts avec la maladie et la prévention à mettre en place.

publicité INPES bouche organe sexuel

La campagne reprend un tableau de Cima da Conegliano dont le modèle a la bouche cachée par une feuille de vigne.

Le messages est fort car reprenant ce peintre de la renaissance italienne, nous assimilons cette campagne aux tableaux d’Adam et Eve qui couvrent leurs sexe avec des feuilles de vigne (ou de figuier, nous n’avons pu trouver de réponse claire).

D’après l’histoire, découvrant leur nudité après avoir croqué le fruit de la connaissance, Adam et Eve cachèrent leurs sexes avec ces feuilles, comme si révéler leur nudité était mal.

Mettre une feuille sur la bouche montre qu’elle est assimilée à l’organe sexuelle.

L’utilisation de cette image forte est très rusée car le message est impactant et immédiatement compris.

Cependant le pavé rédactionnel est quelque peu cru, en opposition à l’utilisation d’un tableau de la renaissance qui est plutot « doux ».

Certe l’image de la feuille peut choquer mais est-ce nécessaire de rajouter la phrase « Si vous aimez sucer et être sucé, les Infections Sexuellement Transmissibles vous concernent aussi » ? (en tout petit sous « Pensez au dépISTage »)

D’autres termes auraient pu être utilisés, il n’était pas utile, à mon sens, d’utiliser ces mots qui peuvent troubler la personne qui verra la publicité. L’image est déjà assez forte de sens car on remet en question notre vie sexuelle et considère désormais la bouche comme un organe sexuel.
Une partie du public trouvera l’utilisation de ces termes normal mais ces termes familiers peuvent brusquer d’autres personnes plus prudes qui ont peut être du mal à parler de la sexualité ou du dépistage et qui n’osent pas faire de tests, les personnes qui justement ont le plus besoin de ces messages de prévention.

  • Que pensez-vous de cette publicité ?
  • Jugez-vous pertinent l’utilisation de la feuille ?
  • Et surtout de termes familiers pour un sujet sensible ?

Source : newsletter Stratégies

Par H.

Si t’as pas de Sam t’as le Seum

9 Juil

Article à lire en écoutant : Bardant – Dans le quartier des vivants

Lorsque l’on regarde une vidéo de la Sécurité Routière, on image bien le brief de l’agence de com : « Comment parler aux jeunes ? Comment ? On prend Norman ? On parle djeunes ? On montre la génération Y ? »

Il est vrai que dire aux jeunes « boire c’est mal » n’est pas vraiment évident, c’est pourquoi il faut contourner cette phrase et trouver d’autres axes comme … un clip !

La Sécurité Routière reprend son fameux Sam, désormais rentré dans les moeurs et le vocabulaire courant, par le biais d’une campagne viral intitulée « Si t’as pas de Sam, t’as le Seum ! ».

La vidéo commence d’emblée par la définition de Sam et du seum, puis des jeunes nous racontent leur soirée, comment ils se préparent pour y aller et comment elle se déroule, le tout en slam/électro.

L’humour est à l’honneur avec des clichés adolescents (le sèche cheveux qui sert de déodorant) et un vocabulaire hétéroclite afin de toucher une large cible d’adolescents qui n’utilisent pas les mêmes termes : du spleen, à s’enjailler, de bif (argent) à sextot, en passant par des expression comme « on est deux spi ». Ce parti pris nous plonge dans l’univers des jeunes afin de communiquer au mieux auprès d’eux, mais cette initiative est peut être un petit peu trop poussée.

La soirée rappelle Projet X et la vidéo (très critiquée par les adolescents mais aimée des pré-ados) Jeunes et limités, rythmée par des images dignes de LMFAO qui parlent directement à la cible.

La soirée débute par la vision d’un garçon puis d’une jeune fille afin, toujours, de toucher le plus de jeunes, rappelant le clip Superficiel de Enhancer (surement non connu de la cible). Ce dispositif permet une certaine distance et de voir la soirée sous différents angles, peut importe le narrateur, dans tous les cas Sam est un sauveur.

Il y a donc quelques belles choses dues à l’humour : le vocabulaire, les clichés (à petite dose), ou la partie disco qui est décalée du reste de la vidéo.

extrait camapgne sécurité routière Sam Seum

Sam n’est plus « que » l’ami qui ramène après une soirée, mais un sauveur à part entière. Dès qu’un obstacle arrive aux personnages principaux, leur solution est « on a un Sam », le personnage prend beaucoup plus d’ampleur qu’auparavant et devient une véritable entité. Avec son côté amicale et sa tête de bibendum il peut être n’importe qui et tout jeune voulant être responsable peut s’identifier à ce personnage qu’en règle général les jeunes ne veulent pas assumer.

Etre Sam c’est être « celui qui ne boit pas » ce qui est un frein pour faire la fête, mais c’est aussi être celui qui prend soin des autres, le statut de sauveur et de personne de confiance mis en avant dans cette vidéo peut modifier l’image de Sam qu’ont les jeunes et les pousser à assumer ce rôle.

Utiliser le format de la vidéo clip est intéressant car elle devient non pas une campagne de publicité mais un véritable clip, entraînant une forte viralité. Mais cette initiative rappelle beaucoup Jeunes et Limités avec des similitudes dans le ton malgré la différence de message.

  • Vous trouvez cette campagne pertinente ?
  • L’utilisation d’un clip vous semble-t-telle un bon choix ?

Source : Le Monde

Par H.

Grand Prix Stratégies Feat. Herezie

13 Juin

Article à lire en écoutant : Téléphone – Lady Gaga

Stratégies … Stratégies ?

Pour les aficionados de la publicité Stratégies est LA référence (avec CB News ne l’oublions pas). Ce magazine hebdomadaire livre news, dossiers, et exclu sur le monde la publicité et de la création depuis son lancement par feu Christian Blachas (créateur de Culture Pub et de CB News).

En plus du magazine, Stratégies propose aussi des prix publicitaires, intitulés Grand Prix Stratégies, décernés aux meilleures créations de l’année qui ont été révélés hier soir.

Dans la section « Intérêt général, grandes causes », on retrouve à ex-aequo l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme et l’INPES, mais aussi Innocence en danger qui gagne une mention pour sa dernière campagne.

pub herezie prix stratégies

Cette campagne d’affichage déclinée dans la presse a été réalisée par l’agence Herezie.

Son but est de montrer le danger des téléphones portables considérés comme une potentielle menace pour les jeunes.

« Un prédateur sexuel peut se cacher dans le smartphone de votre enfant » déclare l’affiche ; s’adressant directement aux parents mais aussi aux enfants qui peuvent reconsidérer les différents échanges de communication qu’ils ont avec leur téléphone. En effet avec le déploiement des smartphones il est plus faciles pour les pédophiles de communiquer à n’importe quel moment, par le biais d’internet, avec des enfants. Les parents n’ayant alors aucun contrôle sur l’utilisation du téléphone de leurs enfants, c’est leur devoir de les prévenir du possible danger venant des autres adultes.

prix stratégies herezie

Cette campagne choc permet de comprendre en un seul coup d’oeil le propos. Ce qui est une grande réussite car il est rare d’intégrer le message dès le premier regard surtout en affichage et pour le sujet abordé.

C’est la première fois, à ma connaissance, que cette technique est utilisée. Si il avait été mis en scène un enfant avec l’ombre d’un adulte, ou une page internet, la personne voyant l’affiche aurait continué son chemin. Mais là l’image prend instantanément, nous voyons un enfant/adolescent dont nous ne connaissons pas le visage (il peut donc être notre fille, notre soeur, notre frère …) se faire faire peloter par un inconnu. Mais pas si inconnu que ça car il est question de son portable dont on n’aurait jamais soupçonné le côté dangereux.

Un grand bravo pour cette campagne qui mérite dignement sa mention.

Et vous qu’en pensez-vous ?

  • Avez-vous aimé cette campagne ?
  • Pensez-vous qu’elle méritait la mention donnée ?

Si vous souhaitez consulter les autres campagnes ayant gagné un prix ou une mention rendez-vous sur ce site : http://www.strategies.fr/grands-prix/256/grand-prix-strategies-de-la-publicite-2013/palmares/1/
Les grandes causes ne sont qu’à la page 7.

Source : Newsletter Stratégies

Par H.

Femmes, rhabillez les hommes !

14 Mai

Article à lire en écoutant : Lou Reed – Stupid Man

 
De manière général on adore voir la personne convoitée se déshabiller.

Malheureusement lors d’un ébat sexuel l’homme oublie souvent de prendre un préservatif ou d’en racheter et c’est à l’autre d’y penser.

Pourquoi l’homme oublie une chose aussi importante a du se demander TBWA, responsable de cette campagne pour AIDES.

Réponse « évidente » : Plus l’homme se déshabille, plus il devient stupide.

Je vous laisse découvrir le spot tv :



AIDES invite donc à rhabiller les hommes.

Ce spot est décalé et change du ton culpabilisateur, permettant une forte mémorisation du message.

Le fait de demander aux femmes de les rhabiller grâce au préservatif est intelligent, montrant que ce petit morceau de latex permet de redonner le QI qui manque aux hommes quand ils se sont trop déshabillés.

Il y a un côté ludique avec le sois-disant « test », le taux de QI de l’homme qui chute, tel une expérience scientifique, montré par les hôtesses de l’air qui semblent indiquer des sorties de secours.

Cette campagne cible directement les femmes qui doivent, contrairement aux hommes, penser à prendre des préservatifs au cas où l’homologue masculin l’oublierait. Il est dommage que la cible soit seulement féminine et non homosexuelle mais cela aurait pu faire une trop grande dispersion du message.

pub aides qi hommes

« L’avantage » est que les femmes pourront se rappeler le spot et le raconter à leur entourage en le comparant à des situations qu’elles ont déjà vécues ; comme l’homme imitant un animal. Ceci permet une forte viralité du message grâce au côté absurde de la virilité qu’il démontre.

Mais ce spot pourra refroidir certains hommes qui trouveront l’humour un peut trop poussé vers le ridicule. En effet le spot peut sembler un petit peu long pour un message aussi simple à comprendre, et donne une vision grotesque du sexe masculin.

  • Avez-vous aimé cette publicité ?
  • Pensez vous que le grotesque a été trop poussé ?
  • L’humour permet-il de mieux communiquer sur ce sujet grave ?

 

Source : Newsletter Llllitle

Par H.

En passant

Questionnaire alcool au volant

20 Mar

YBC vous invite à répondre à un questionnaire sur l’alcool au volant.

Dans le but d’aider des étudiantes en communication qui réalisent un mémoire sur les stratégies publicitaires appliquées aux campagnes de prévention, merci de prendre quelques instants pour répondre à ces questions.

Répondre au questionnaire

Merci !