Du trafic de drogue aux faits divers…

7 Mar

Article à lire en écoutant : Selah Sue – Fyah Fyah

A ce jour 1 941 685 vues et 396 abonnés, la campagne « L’envers du décor » lancée sur Youtube le 13 février dernier a suscité la curiosité et a trouvé son public.

La Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie (MILDT) propose un concept inhabituel en matière de campagne pour sensibiliser les consommateurs de drogues aux conséquences de leurs pratiques. Une action s’inscrivant dans le cadre du plan gouvernemental de lutte contre les drogues, à travers des vidéos interactives en deux volets.

Une soirée entre amis, l’arrivée de l’un d’entre eux et une scène de consommation de cannabis classique, telle est l’introduction de la vidéo. Pas anodine, cette scène est vécue par de nombreux jeunes au quotidien permettant donc à la cible de s’identifier. Cette ambiance d’apparence festive va rapidement laisser place à une série d’évènements cyniques et violents.

La stratégie de la Mildt et des agences Pro Deo / Y&R a été de remettre en cause les comportements individuels pour révéler leurs conséquences collectives.

« L’objectif de cette campagne est avant tout de diminuer les entrées en consommation des très jeunes, et d’interpeller les jeunes plus largement sur leur consommation. Le film ne s’adresse pas aux jeunes usagers dépendants, mais à ceux qui consomment de manière récréative, l’objectif étant de les interpeller, de les responsabiliser. Nous avons choisi de leur donner, au travers d’une vidéo interactive, des repères et des éléments contextuels sur la consommation et le trafic de drogue, afin d’éclairer leurs choix« , Etienne Apaire, président de la MILDT.

En effet, la Mildt cherche à sensibiliser l’internaute en le plaçant dans la peau du consommateur afin que si il soit tenté ou consomme, il puisse prendre conscience des conséquences de son acte. Une manière de sensibiliser le grand public aux dégâts occasionnés aussi bien sur le plan humain qu’ environnemental.

Le spectateur par un retour en arrière se voit révéler le parcours du consommateur pour se procurer du cannabis. De là, il est confronté aux conséquences liées à la consommation : trafic d’argent, violence, danger sanitaire, troubles sociaux, répercussion sur l’environnement… La campagne met à nu les coulisses du trafic de stupéfiant en prenant à parti le consommateur. Le problème qui se pose est, que bien qu’ils soient réalistes ces faits sont pour la plupart connus et repris amplement dans les médias : L’impact sur le visionneur sera-t-il suffisant ?

Là où cette prévention trouve sa valeur ajoutée et sa pertinence est qu’elle ne fait pas uniquement de la dénonciation de faits par leurs mises en scène. En effet, elle permet dans un second temps de concerner le spectateur en lui suggérant la lecture de faits divers en rapport avec les scènes relatées.                                    

« Prenez le contrôle du film et découvrez les coulisses de la drogue en cliquant sur les éléments tagués »

Un clic sur les éléments tagués leur permet d’ouvrir une fenêtre diffusant des articles de presse ou des fiches explicatives sur les troubles causés par le trafic de drogue. L’internaute accède à des repères et des éléments contextuels sur la consommation et le trafic de drogue afin de donner un caractère réaliste aux dangers et ne pas rester seulement sur l’aspect fictionnel.

Une morale qui aux yeux des jeunes n’est peut-être pas seulement redondante mais peut attiser la curiosité. Un moyen de comprendre que derrière ces faits pouvant être perçus comme « banals », il y a des personnes.  Cette vidéo invite à la réflexion, en anticipant la consommation des jeunes.

Une campagne pouvant interpeller les plus jeunes mais :

Peut-on vraiment prévenir en dénonçant des faits méconnus de certains mais dont beaucoup se doute ? La culpabilisation du consommateur suffit-elle face à une société qui n’intervient pas pour changer les choses ? La campagne ne révélera pas aux jeunes des interdits qu’ils voudront braver ?

La campagne doit se clore le 11 mars 2012, malheureusement les vidéos ne sont déjà plus en ligne ou seulement sous la forme d’un condensé résumant le scénario, pour voir cliquez. Alors pour ceux qui l’ont vu, n’hésitez pas à donner votre avis.

Par M.

Sources : Youtube, Mildt

Publicités

2 Réponses to “Du trafic de drogue aux faits divers…”

  1. Bernard mars 8, 2012 à 8:26 #

    Moi je brave les interdits, mais je connais mes limites.
    Je ne pense pas que la drogue soit une mauvaise chose en soit, je pense qu’il faut juste en prendre quand on en a besoin.

    • nisa avril 17, 2012 à 3:18 #

      A condition de connaître ses limites, ce qui n’est pas – à mon avis – le cas de tout le monde. Et puis viennent les questions d’accoutumance. Sérieux, il faut bannir toutes les formes de drogues !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :